Région d'aquitaine
0771108934
contact@decotherapie.com

Décothérapie ®

Influences de l'environnement sur la santé

 

Travaux Franck Dupuy

Décothérapie ® est une marque rattachée à des travaux & à une méthode précise.

 Afin de préserver la création, ce qui à mon sens est fondamental et le coeur de mes valeurs, je précise que la marque Décothérapie, le terme Paximétrie, sa conception et la méthode que j’ai mise au point forme un tout. Il est important que je préserve une passion qui m’anime depuis mes 12 ans, 15 années de recherches et des centaines de visites dans des foyers pour éviter toute utilisation froduleuse purement marketing.



« Je considère la décoration comme un art ornemental capable d’avoir une action directe ou indirecte sur notre bien-être, notre santé, notre psyché, nos états d’âme et nos aspirations dans la vie».
 Au  moment où les incertitudes économiques augmentent le stress, vivre dans un environnement en cohérence avec l’habitant, apparaît plus que jamais comme un facteur essentiel. « La démultiplication actuelle de l’offre en matière de déco créée, dans nos intérieurs, un monde impersonnel, et y installe principalement un climat d’apparence. La décoration s’établit alors dans l’assistanat, la facilité et la rapidité, ne laissant ainsi aux gens, qu’un rôle principal d’assembleur. Nous devrions passer d’une décoration commerciale à une décoration sociétale. Je pense que la décoration n’ est plus une simple apparence purement illusoire, mais, elle s’inscrit dans une réalité individuelle réfléchie pour garantir les qualités intrinsèques qui font la spécificité de l’individu. Elle est l’assurance d’une qualité de vie dans le long terme. La décoration n’a donc plus comme unique finalité, l’esthétisme, elle nous soulage des difficultés que nous rencontrons dans notre vie quotidienne.


Définition de mes travaux

15 années de recherches et de rencontres avec de nombreux spécialistes, médecins, chercheurs au CNRS, designers, ergonomes, psychologues m’on permis de mettre au point une méthode spécifique qui consiste à décrypter les habitats pour les réorganiser afin qu’ils inter-agissent sur les comportements des habitants et les aider à atteindre leurs aspirations dans la vie. Les influences installées agissent sur la psyché et sur la santé.

«Différents éléments fondamentaux doivent converger pour créer un environnement influent «une ergonomie fonctionnelle et cognitive, une gestion de l’espace personnalisée, des symboles précis, une organisation particulière, la connaissance de l’environnement, des aptitudes en tant que thérapeute…, toute une alchimie».

Les bases de cette alchimie suivent une organisation particulière; l‘habitat est compartimenté en zones distinctives, chaque zone représente symboliquement des aspirations de vie.
A cette organisation rigoureusement mise en place où s’orchestre déjà de façon influente et expliquée, les matières, les couleurs et les formes, se mêle une segmentation précise des pièces de l’habitat.

Elle est calculée avec des proportions qui permettent une compréhension des structures du monde physique, qui intègrent des critères de beauté et d’harmonie. Cette segmentation fait apparaître des points, des sections et des espaces particuliers que l’on peut ensuite juxtaposer à une étude électromagnétique et cosmothélurique du lieu.

Cette association fait apparaître une organisation bien spécifique que je nomme « Paximétrique ». Cette Paximétrie permet d’intégrer, avec précision, dans des espaces définis des signes auto-suggestifs que l’on peut doser et complèter avec des ancrages et des désencrages suggérés lors de séances d’hypnose Ericksionienne.
Il est ainsi possible d’inter-agir et de déclencher, chez l’habitant, en pleine conscience ou en inconscience, à des moments définis, des actions ou des façons d’être déterminées.

La Paximétrie

Cette «Paximétrie» renforcée par de l’hypnose est modulable et évolutive au rythme des évolutions dans la vie du sujet. Elle n’est pas figée dans le temps. Elle permet surtout au sujet d’intégrer une part de subjectivité pour le laisser libre dans ses choix.
L’habitant doit avoir une vision globale des pièces. Il doit pouvoir facilement percevoir son rapprochement avec les choses et distinguer le rapprochement entres elles, pour le comprendre.

Le positionnement d’un objet, sa proximité, ses ombres projetées et croisées, les sources de lumières qui le rendent esthétique ou utiles vont déclencher une influence particulière. Les codes enregistrés par l’habitant vont lui permettre d’intervenir instinctivement pour rééquilibrer l’environnement de cet objet par des choix qui ne lui sont pas imposés mais avec des solutions qu’il va mettre en œuvre grâce à un apprentissage du bien-être. Une mécanique décorative s’installe progressivement dans le temps chez l’habitant. Décorer son intérieur et le rendre influent et thérapeutique de façon évolutive devient naturel et instinctif.

Il convient d’appeler la Paximétrie d’une pièce «la macro Paximétrie». Cette dernière peut être appliquée à un niveau micro sur une petite zone (ex : surface d’une table, ..).
Dans ces conditions, la «macro Paximétrie» influence les choix «micro Paximétriques», principalement la couleur, la matière, la forme et son positionnement.
La macro Paximétrie peut donc être complexifiée à un niveau plus petit afin d’agir très précisément dans un rayon influent (Ex : zone d’assise). Dans ce cas précis, nous travaillons l’ergonomie et les aspects sensoriels. Il est important lors de l’anamnèse ( l’entretien avec l’ habitant ) de définir le VAKOG du sujet, c’est à dire, savoir si ce dernier a naturellement un sens développé plus qu’un autre, « Visuel, auditif, kinésique ». La micro Paximétrie peut alors être altérée volontairement par l’individu afin d’agir sur des réflexes influés par la décoration. Ainsi, nous pouvons amener l’individu à se focaliser de façon non arbitraire sur un point précis et des messages précis.

La Paximétrie agit dès lors sur l’espace et le temps

1. Par une décoration qui a une action programmée sur la conscience et l’inconscience selon sa propre définition du temps. Ainsi, il est possible de créer un environnement propice à de l’autosuggestion pour facilité la sélection, la mémorisation et l’assimilation des suggestions. Des messages descriptifs du sujet sont aussi à intégrer dans l’organisation.

La notion du temps se perçoit également dans la manière de lier les zones entres elles. L’habitant doit choisir, par ordre de priorité, quelles sont ses priorités dans sa vie, sa famille, son emploi, etc… ou la volonté de traiter un problème avec son thérapeute ( perte de poids, phobies, stress, énurésie, … ).

Les zones peuvent avoir des liens entre elles en fonction du problème à traiter. Par exemple, il est possible d’intervenir dans la zone qui traite symboliquement les difficultés que rencontre le sujet dans son travail en travaillant une zone qui symbolise l’estime de soi.

2. Par une stimulation et une utilisation des sens

Exemple : le toucher ou l’odorat peuvent déclencher des souvenirs agréables associés à des actions précises (ancrage possible en séance d’hypnose). En positionnant précisément un objet ou en concentrant une odeur qualifiée dans un environnement « micro-Paximétrique » dédié à influer une aspiration déterminée, il est possible d’accompagner et de motiver l’habitant vers cette aspiration.

3. Cognitivement afin d’acquérir, de traiter, de stocker et d’utiliser des informations ou des connaissances (zone de réflexion, de lecture, de communication, de repos, de travail, etc…)

Ainsi, La Paximétrie permet à l’espace de former des zones influentes qui agissent temporellement sur le conscient et l’inconscient.

Il est ainsi possible de dimensionner l’environnement par des points dorés pour le proportionner selon trois critères principaux: l’état et les contraintes physiques des habitants, l’esthétisme, et la symbolique influente sur la psyché. Il est également possible de les connecter entre elles en respectant un sens précis, déjà appliqué dans l’organisation de la décoration des zones de l’habitat.

Tout ce process mis en place permet d’obtenir un lieu agréable à vivre, et équilibré. L’habitation devient volontairement un espace dans lequel des codes influents se mêlent discrètement à une décoration souhaitée.