Une méthode

La déco qui fait de l'effet

La méthode Décothérapie® est précise et nécessite des connaissances particulières. Pour cette raison je donne des formations à des professionnels et Psychologues qui peuvent ensuite utiliser ma licence de marque Décothérapie ®.

Franck Dupuy

Depuis plus de 12 ans franck Dupuy à mis en place avec l’aide de médecins et d’autres spécialistes un process qui consiste a construire ou à décorer des habitats de façon qu’ils influencent les habitants pour les aider à atteindre leurs aspirations dans la vie. Ses recherches l’ont amenées à travailler sur les réductions de risques pathologiques en créant des intérieurs préventifs.

Il témoigne : Pour être amené aujourd’hui a garantir l’efficacité de ma méthode j’ai du depuis plus de 12 ans visiter des centaines de foyers et mettre en œuvre des techniques différentes et complémentaires. Chaque jour ma methode évolue car de nouveaux spécialistes se greffe à elle en apportant leur savoir faire et leur expérience, je suis persuadé qu’un tel programme peut réduire les dépenses de santé public Lire la suite

En matière de santé publique la prévention selon l’organisation mondiale de la santé c’est de mettre en œuvre l’ensemble des mesures pour éviter ou pour réduire le nombre et la gravité des maladies.

On distingue trois types de préventions :

La prévention primaire: diminuer l’incidence d’une maladie et réduire les risques d’apparition de nouveaux cas.

La prévention secondaire: diminuer la prévalence d’une maladie et agir au tout début afin de s’opposer à son évolution.

La prévention tertiaire : diminuer la prévalence des incapacités chroniques ou des récidives d’une maladie et d’en réduire les complications.

En 2012 seulement 2.4% des dépenses de santé en France étaient destinées à des actions de prévention, ce qui montre que notre système de santé privilégiait une approche curative des soins. Aujourd’hui, la prévention devient prépondérante, nous passons par le numérique d’un paradigme curatif à un paradigme préventif. 

Le traitement de l’environnement va devenir un acteur majeur dans cette mutation. Notre maison va ainsi participer activement à nous préserver des nocivités en nous garantissant une meilleur santé.

La reflexion et la mise en œuvre de la prévention réservé à la sphère professionnelle doit passer dorénavant par la sphére personnelle. L’habitat devient ainsi un espace de transmission idéale pour mettre chaque individus face à ses responsabilités. L’habitat a inévitablement un rôle actif sur la santé publique. 

La société Décothérapie ® en partenariat avec la clinique de Champel a travaillé sur le sujet.

Deux points essentiels cadre la méthode « préventive » Décothérapie ® :

1. la santé physique des habitants en identifiant puis en traitant les causes de nocivités naturelles et artificielles de l’habitat.

2. la Psyché de l’habitant en stimulant ses envies d’une façon positive pour l’amener à vivre ses aspirations de vie. Cette mise en oeuvre agit également sur l’état physique et émotionnel .

Le process

Un état des lieux est réalisé pour situer très précisement dans chaque pièce les zones nocives pour la santé et celles qui ne le sont pas. Un plan (I) est fait. Certaines nocivités tel que l’électro-magnétisme peut être corrigé ou supprimé, d’autres nocivités doivent être évités par un simple déplacement du lit, du bureau ou du canapé. Cette expertise permet à l’habitant de se prémunir d’éventuels problèmes allant de l’insomnie jusqu’au risque de pathologies très grave. ( voir article de l’INRS ). 

http://www.inrs.fr/risques/champs-electromagnetiques/effets-sante.html

La seconde étape conciste à installer une décoration influente aux bons endroits. La mise en place agit sur la psyché de l’habitant d’une manière conciente et inconsciente. Cette alchimie d’informations va aider l’habitat à accéder plus facilement à ses aspirations de vie tout en agissant sur ses comportements et son bien-être. Franck Dupuy appel cette organisation la « Paximétrie ».

Qu’est que la paximétrie : c’est une superposition de plans de l’habitat ratachée à de d’auto-suggestions. 

Plan 1 : Il sectorise l’habitat en zones, chaccunes d’entres elles symbolisent les aspirations de vie et les projets ( l’emploi, la vie en couple, la vie de famille, un régime, etc … ).

Plan 2 : Il identifie mathématiquement et ergonomiquement les espaces les plus propices pour influencer en prenant compte de l’étude de nocivité.

Plan 3 : Il place les ornements de façon stratégique pour renforcer les influences et y installer des messages, des codes et des symboles auto-suggestifs. Tout est pris en compte, l’ergonomie, les couleurs, les formes, le mobilier, les matières, la lumière, etc …

La paximétrie projetée il conditionne l’hatitant à vivre ses aspirations.

Toute action visualisée mentalement vers nos aspirations de vie a une répercussion sur nos façons d’être et sur nos comportements. Chaque visualisation est symbolisée ornementalement dans l’habitat selon des codes qui déclenchent chez l’habitant des actions conscientes et inconscientes tout au long de son acheminement pour accéder aux aspirations désirées.

En matérialisant ses expériences mentales l’habitant crée un environnement sensitif. Il construit ainsi une architecture avec des dimensions conatives, émotionnelles, cognitifs pouvant éventuellement être liés à une dimention psycho-affective.

La matérialisation de ses projections doivent suivent un shéma de construction ordonné.

Pour compléter ses travaux Franck Dupuy a suivi une formation comme praticien Hypnothérapeute afin de comprendre les process sur l’auto-suggestion.